Tatouage et détatouage : techniques, risques, précautions

2

tatouage detatouage

Un sondage IPSOS révèle que plus d’1 français sur 10 possède un tatouage sur son corps.

Les parties les plus tatouées sont dans l’ordre :

  • Les bras
  • Le haut du dos
  • Le torse
  • Les jambes

Et ce sont les hommes de 24 à 34 ans qui sont les plus tatoués, mais on note que de plus en plus de femmes décident d’orner leur peau d’un dessin et se font donc tatouer.

Cet article se compose de deux parties :

  • Une première partie dans laquelle nous vous en apprendrons un peu plus sur le tatouage, répondrons aux questions que vous nous avez adressées ou que vous pouvez vous poser
  • Une seconde partie dans laquelle nous aborderons le détatouage, la technique lasique qui permet d’enlever un tatouage

L’origine du mot « tatouage » :

Le terme « tatouage » vient d’Océanie du mot « tatau » qui signifie « dessin inscrit dans la peau ». Ce terme a été traduit en anglais par tatoo et est devenu tatouage en Français.

Le principe du tatouage :

coupe peauLa peau est faite de 3 couches superposées :

  • L’épiderme : située à la surface et composée de cellules
  • Le derme : en dessous, fait de nerf, de fibres élastiques, de collagène et de vaisseaux sanguins
  • L’hypoderme : faite essentiellement de graisse

Pour être permanent, il faut que le pigment du tatouage soit injecté dans le derme.

Dans le cas contraire, le renouvellement cellulaire l’éliminerait au bout de 7 jours.

A contrario, plus les pigments sont injectés profondément dans le derme plus il sera difficile à éliminer dans le temps.

Est-ce douloureux de se faire tatouer ?

En effet, certaines zones du corps sont plus douloureuses que d’autres. On retrouve ces zones plus douloureuses aux endroits du corps présentant moins de muscles et où la peau est plus fine, comme le dessus du pied par exemple.

Peut-on risquer une infection en se faisant tatouer ?

Un article était sorti il y a quelque temps dont la presse a un peu parlé, mais cela reste très exceptionnel.

En France les tatoueurs professionnels ont fait beaucoup pour leur profession et des décrets sortis en 2008 obligent les tatoueurs pros à réaliser des tatouages avec des règles d’asepsie les plus rigoureuses possibles.

Pour connaitre ces règles d’hygiène élémentaires, les tatoueurs professionnels suivent un petit cursus.

Loin de l’image des salons de tatouages sombres en sous-sol, ces lieux ont changé.

Avant d’ouvrir un salon de tatouage, il faut suivre une formation.

Voici court reportage sur un apprenti tatoueur :

Est-ce plus risqué de se faire tatouer sur une peau claire avec des taches de rousseur et des grains de beauté ?

En pratique il n’y a pas de risque à se faire tatouer sur une peau claire, car la pratique est la même, une injection de pigment dans le derme.

Les grains de beauté :

Si la teinte de la peau ne joue en rien sur le résultat ou un éventuel risque de se faire tatouer, les tatoueurs évitent de tatouer sur des grains de beauté.

Dans ce même contexte, sur un plan clinique il sera plus difficile de dépister un grain de beauté qui serait en train de se transformer en lésion cancéreuse. Aussi, l’utilisation du dermatoscope (appareil de dermatologue pour observer à la loupe les grains de beauté) est rendue plus difficile si du pigment est injecté dans un ou plusieurs grains de beauté.

Le refus de péridurale et le tatouage en bas du dos :

C’est une des idées reçues concernant le tatouage.

Depuis très longtemps il est dit que si l’on effectue une piqure (comme une péridurale) au travers d’un tatouage, on risque de faire pénétrer du pigment à l’intérieur des enveloppes méningées.

C’est une idée reçue qui a la vie dure, car certains anesthésistes se refusent toujours de pratiquer une péridurale dans un tatouage.

Le détatouage pour supprimer un tatouage

détatouageEn prenant de l’âge par exemple on peut regretter un tatouage que l’on aurait fait lorsque l’on était jeune ou dans un contexte particulier et donc avoir envie de se faire détatouer.

La technique utilisée est le laser et nécessite plusieurs séances selon le type et la taille du tatouage.

Les tatouages réalisés par des professionnels ont une densité de pigments importante et seront donc plus difficiles à faire disparaitre. D’autant que la tendance est d’afficher des tatouages colorés, parfois avec des couleurs plus flash ce qui implique donc de charger un peu plus le derme.

La technique du laser :

Cela se pratique uniquement chez un dermatologue.

Tous les types de peau peuvent être ainsi traités, des plus claires aux plus métissées.

Pour effacer un tatouage, deux critères rentrent en compte :

  • La charge en pigment
  • La couleur du tatouage

Il faut en effet savoir que les couleurs noir et rouge sont des couleurs qui partent bien, mais que le blanc, le vert, le bleu sont plus difficiles à éliminer.

Une énergie rapide est envoyée sur la peau pour détruire les pigments plus en profondeur et ainsi les éliminer.

Après ces séances il est interdit de s’exposer au soleil durant un mois ou plus selon les recommandations du dermatologue.

Découvrez une séance de détatoutage en vidéo :

Commentaire sur cette vidéo :

À l’époque son tatouage lui avait coûté environ 45 € (300 francs) et ses séances de détatouage 120 €/séance, à raison de 6 séances… Ça fait réfléchir !

Se faire détatouer c’est plutôt long et cher.

C’est pourquoi les tatouages temporaires ou semi-permanents ont de plus en plus de succès.

Fini le tatouage pour toute une vie. C’est ce que propose le salon de tatouage à Paris que nous préférons.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Partagez

2 COMMENTS

  1. Bonjour,

    Je pensais pas qu’un tatouage pouvait avoir autant de risque du coup j’hésite un peu à en faire un… lol

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here