Le sel et la santé : nourriture, plats cuisinés, précautions

6

Cuillère de sel

L’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) recommande une dose journalière de 5 grammes de sel.

Voilà pour la recommandation, car en France par exemple la consommation de sel est bien entendue plus importante :

  • 8,7 grammes de sel par jour pour l’homme
  • 6,7 grammes de sel par jour pour la femme

Il faut distinguer deux « types » de sels, celui que l’on ajoute manuellement aux plats que l’on appelle « sel visible » et celui que l’on ne contrôle pas du tout et qui se trouve déjà dans les aliments et plats préparés, le « sel invisible ».

On estime que 10 à 20% du sel que nous consommons est dit « visible ». Le sel invisible représente alors 80% du sel consommé, que l’on trouve dans les plats cuisinés, la charcuterie, les céréales, etc.

Les effets du sel sur l’organisme :

Lorsqu’il est ingéré, le sel est alors dilué et circule dans l’organisme sous forme de chlorure de sodium, passant dans le tube digestif pour ensuite être absorbé dans l’intestin grêle. En traversant la paroi intestinale, le chlorure de sodium va alors se retrouver dans la circulation sanguine et notamment dans les reins.

Les reins ont un rôle important, car toutes les 30 minutes, ces organes filtrent tout le sang de votre organisme permettant ainsi d’éliminer les excès de sel ou d’en réabsorber selon les besoins du corps.

Les personnes ayant un problème cardiovasculaire ou un problème au niveau des reins ont un déséquilibre entre la quantité de sel intégrée et la quantité de sel éliminée.

La consommation excessive de sel est plus ou moins pathologique selon les individus. C’est propre à chacun, une personne peut consommer en excès à 7 grammes de sel/jour quand pour d’autres ce sera à 8 grammes.

Le saviez-vous ?

Lorsque votre corps manque d’eau, c’est souvent lié à une baisse de sodium dans vos cellules.

Cette soif cellulaire va entrainer une réaction de votre organisme : vos reins vont alors augmenter la réabsorption du sel entrainant une réabsorption de l’eau. L’eau ne pouvant en effet entrer ou sortir de vos cellules qu’en fonction de la concentration de sel, étant attirée par le sel.

Lorsqu’il y a trop d’eau dans les cellules, ça gonfle et l’on peut alors être confronté à des œdèmes.

Cette augmentation du volume d’eau va influencer de manière indirecte la contraction de la paroi des petites artères provoquant des piques de tension.

Le sodium de sel est donc indispensable à notre organisme, c’est (comme souvent) une consommation excessive qui devient un facteur de risque.

Petites pratiques pour éviter d’en consommer trop :

salièreSi la recommandation de l’OMS est de 5 grammes/jour, pour votre santé le corps a simplement besoin de 1 à 2 grammes

Dans le quotidien, pour éviter de manger trop salé, sans passer par l’analyse quotidienne de vos urines, vous pouvez choisir de marier des aliments connus pour être pauvres en sel et des aliments contenant du sel.

La salière ne doit pas toujours être à portée de main afin de ne pas en abuser. Elle a d’ailleurs été supprimée des tables des cantines de nos enfants depuis quelques années.

Les pots pour bébés sont d’ailleurs « fades » pour ne pas développer le besoin de sel chez le jeune enfant.

Pourquoi les plats cuisinés sont-ils salés ?

Les industriels qui proposent des plats préparés utilisent en effet une quantité non négligeable de sel, dont la présence est plus ou moins importante selon les plats.

Cet or blanc est utilisé pour différentes raisons :

  • Conserver les aliments (comme le faisaient nos ancêtres)
  • Rehausser le goût des aliments
  • Masquer certains goûts

Les soupes en briques par exemple sont très riches en sel. Les industriels qui sursalaient leurs soupes auparavant ont tout de même diminué la quantité de sel de leurs produits.

Les produits surfant sur la vague « sans sel » ou « moins de sel » sont bien sûr plus chers, en attendant de trouver d’autres techniques pour limiter l’utilisation du sel.

Certaines marques ont donc misé sur la commercialisation de produits moins riches en sel, comme Fleury Michon et son célèbre jambon contenant -25% de sel, dont voici un court reportage :

Se sortir du sel !

Comme l’ont compris les industriels avec leur soupe, il est difficile ou impossible de ne plus du tout en consommer.

Sans aller jusqu’au régime sans sel, il faut diminuer petit à petit les doses consommées (ajoutées à la main).

Sachez que vous vous habituerez très rapidement à une alimentation moins salée.

Mieux encore, après s’être habitué à consommer moins salé, vous serez rapidement dégouté de consommer un plat contenant trop de sodium. Face à un plat salé, votre pharynx saturera rapidement pouvant vous dégoûter d’un plat trop salé.

On s’en déshabitue très rapidement !

Remplacez le sel :

Lorsque vous cuisinez, pensez par exemple à utiliser des épices, des herbes ou du vinaigre.

En effet, le vinaigre rappelle aux papilles le goût salé, sans pour autant en contenir.

Les pâtes :

Lorsque vous faites cuire vos pâtes, celles-ci augmentent leur poids de 3 fois en eau.

Votre eau de cuisson va donc passer dans vos pâtes, avec le sel. Ne salez donc jamais l’eau de vos pâtes !

Le sel de l’eau ne permet que d’abaisser le degré d’ébullition de votre eau.

Le sel et le bicarbonate de sodium :

S’il existe des substituts comme le bicarbonate de sodium et le chlorure de potassium, cela ne règle pas totalement le problème.

En effet, le chlorure de potassium ne convient pas à des personnes sujettes aux problèmes de reins et le bicarbonate de sodium contient du sodium et c’est justement le sodium qui pose problème.

Le mieux est de consommer des herbes, aromates, épices, etc.

Sachez que pour connaitre la teneur réelle de sel face à une quantité de sodium, il faut multiplier la valeur sodium par 2,5. Par exemple, 600 mg de sodium représentent donc 1,5 gramme de sel.

 Questionnaire :

Participez à un questionnaire pour aider la recherche : www.etude-nutrinet-sante.fr

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Partagez

6 COMMENTS

  1. Aïe on me dit toujours que le sel ce n’est pas bon d’en consommer trop… Mais quand on est habitué on y peux rien, cet article est très intéressant, je vais peut être enfin pouvoir réduire ma consommation de sel.

  2. Merci pour ces informations. On ne rappellera jamais assez que trop de sel n’est pas bon pour la santé.

  3. Vous avez raison !
    On ne se rend pas du tout compte de la quantité de sel qu’on consomme !
    Nous nageons dans le sel !
    J’ai fait des essais sur moi : c’est effarant !
    Merci pour votre article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here