Massage sexuel à Singapour visé par les autorités

0

singapour

S’il est connu que les massages érotiques ou à caractère sexuel peuvent être dispensés dans certains coins touristiques de l’Asie, les autorités ont réagi et vont frapper fort.

Les prémices :

À Singapour il existe plusieurs catégories de salons de massage. La catégorie 1 regroupe les salons de massage proche des quartiers d’habitations, quant à la catégorie 2, elle regroupe les salons qui se situent à l’écart des zones résidentielles, hôpitaux, écoles, lieux de cultes, etc.

En 2010, la Police avait révoqué les licences de 50 établissements, contre 6 en 2009.

Aussi, afin de dissuader ces centres de proposer des extras, les salons de massages et spas qui ne pratiquent pas leurs massages dans une pièce ouverte, doivent s’acquitter de 525 dollars singapouriens (330 €).

Pour contrer l’augmentation des massages « spéciaux » (entendez service sexuel) dispensés par les spas et les salons de massage singapouriens ces dernières années, les autorités vont mettre en place dans les semaines à venir de nouvelles règles très précises.

La nouvelle règlementation des massages singapouriens :

La nouvelle règlementation prendra effet dès le mois de juillet 2012.

Elle impose aux salons et Spas de la catégorie 2 le port d’un uniforme préalablement approuvé par la Police (Police des licences et de la régulation départementale) en charge de délivrer les licences d’exploitation.

Les salons de massage et spas de la 1ère catégorie sont déjà soumis à cette mesure de l’uniforme.

Ils seront à présent tenus de respecter de nouvelles règles :

  • Fournir aux autorités des photos du personnel portant ces tenues, de face, de dos et de profil
  • Les hauts portés devront avoir des manches et seuls les pantalons sont autorisés
  • Les uniformes doivent être floqués du nom de la société. Dans le cas contraire, les employés doivent porter un badge.

Une formation reconnue obligatoire :

L’objectif est fixé pour 2015 et impose que 80% des masseurs aient suivi une formation reconnue par les autorités, contre 50% aujourd’hui.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Partagez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here