Dépression saisonnière : symptômes et solutions

1

déprime saisonniere

  • Vous avez du mal à vous lever le matin ?
  • Vous n’avez plus le goût de sortir le soir ?
  • Vous attendez le retour du printemps en comptant les jours ?

L’automne et l’hiver sont parfois des saisons difficiles.

Grâce à une lumière plus intense au printemps et en été, notre cerveau produit en plus grande quantité de la sérotonine, appelée couramment l’hormone du bien-être.

Lorsque le mauvais temps s’installe comme l’été 2013, des dérèglements peuvent être à l’origine de dépressions saisonnières.

Il faut cependant distinguer le petit coup de blues de la véritable dépression.

  • Quels remèdes naturels pour mieux vivre l’automne et l’entrée dans l’hiver ?
  • Quelles sont les vertus de la luminothérapie ?

Différence entre déprime et dépression :

Il n’y a pas de vraie différence, il s’agit d’un continuum.

Attention, par définition, dans la dépression saisonnière on est pas dans la mélancolie, ni dans les idées suicidaires. On navigue autour de l’idée de ne pas avoir la pêche.

Ceci étant cela peut être vraiment handicapant pouvant parfois provoquer un arrêt de travail.

5 femmes pour 1 homme sont touchées et près de la moitié des femmes en France subissent plus ou moins ce changement de saison et surtout le fameux changement d’horaire annonçant l’hiver.

Être dans la déprime n’est pas pathologique.

Qu’est-ce que la dépression saisonnière ?

déprime hiverLa « dépression saisonnière » est un concept qui nous vient des pays scandinaves.

Il s’agit donc d’une dépression, ou perte de moral, de motivation, de manière passagère, durant une saisonnalité. Ce n’est pas une dépression sévère.

Elle touche plutôt la jeune femme et se caractérise par différents critères dont voici les plus fréquents :

  • Besoin de sommeil plus long : pas l’envie de se lever le matin
  • Fatigue dans la journée
  • Prise alimentaire souvent augmentée : prise de poids

Pourquoi les femmes sont plus touchées que les hommes ?

Entre l’apparition de l’homme et les années 60′ ce n’était pas vraiment le cas. L’Homme vivait en fonction des saisons.

A partir des années 60′ et avec l’obtention par les femmes des mêmes droits et devoirs que les hommes, les femmes doivent, 365 jours par an, sourire, travailler et donc tenir un rôle social.

La dépression saisonnière (différente de la perte d’énergie saisonnière) est le conflit entre une adaptation climatique et une pression sociale !

Est-ce le manque de lumière qui créé cette dépression ?

déprime lumièrePas exactement !

Notre théorie consiste à avoir un esprit contradictoire.

Ce n’est pas l’absence de lumière en automne/hiver comparativement au printemps/été qui cause la déprime, mais le fait que tout le reste du temps nous baignons dans la lumière !

En effet, il n’existe plus une partie dans le monde dans laquelle on peut se retrouver dans le noir complet. Même en haut de l’Himalaya ou dans l’espace, il y a constamment une lueur.

Notre glande pinéale qui sécrète la mélatonine nous indiquant qu’il est temps d’aller se coucher est bloquée par la lumière et augmentée par la pénombre.
Captée par toute notre peau, c’est pourquoi nous sommes sensibles à ces changements de durée de lumière.

On peut donc en conclure que depuis la création de la lumière artificielle, on a perdu en qualité de sommeil. CQFD

Qu’est-ce que la sérotonine ?

Il s’agit d’un dérivé du tryptophane, un acide aminé. La sérotonine est produite par des cellules intestinales et également par des zones de notre cerveau, les noyaux du Raphé.

La sérotonine favorise la production de peptides et la communication intracellulaire.

Lorsque ce système producteur de sérotonine se dérègle (manque de lumière par exemple), il est possible qu’un individu déprime.

On retrouve nettement ce phénomène lors d’étés ou printemps offrant moins de soleil. C’est la dépression saisonnière !

Quelles solutions contre cette dépression ?

Lorsque la lumière est insuffisante, il va falloir s’activer pour contrebalancer cet effet qui n’est pas spontané.

L’exercice physique entre autres est vraiment très important.

En effet, effectuer des activités dites de cardio-training au moins 3 fois par semaine, le matin en particulier va avoir un effet compensateur par rapport au manque de lumière.

La luminothérapie peut également être un bel outil pour s’offrir une bonne séance de lumière au mieux chez soi chaque jour à l’aide de matériel dédié, ou en centre.

Qu’est-ce que la luminothérapie :

luminothérapie lampeLa luminothérapie consiste à apporter au corps de la lumière artificielle au long de la journée.

Certaines personnes peuvent faire des « overdoses » de luminothérapie et doivent donc régler leur durée d’exposition. Mais cela est bien entendu sans danger

Par comparaison, 10 000 lux (intensité de lumière apportée par la lampe artificielle) est très peu comparativement à Nice en été dans un lieu ensoleillé on est à 1 million de lux.

Comparativement à la prise de médicaments contre la déprime, mieux vaut préférer la luminothérapie.
A titre de comparaison :

  • 1 antidépresseur : agit dans 60% des cas en 3 à 6 semaines
  • La lumière : si on a les symptômes de la dépression saisonnière (boulimie sucrée, prise de poids, somnolences dans la journée,…) 80% d’efficacité en 3 à 15 jours

Comment choisir sa lampe de luminothérapie ?

Voici selon notre avis, les critères à respecter pour acheter votre lampe de luminothérapie, pour un réveil ou en simple lampe :

  • Une norme européenne
  • 10 000 lux
  • Un filtre à UV

Voici une vidéo Youtube sur pour vous aider à choisir votre lampe luminothérapie :

Nous vous conseillons de choisi une lampe via ce lien chez Darty, idéalement avec 10000 lux :

Lampes de luminothérapie, en vente ici.

logo_darty_211x211.gif

Et les UV ?

Les UV sont totalement déconseillés pour protéger sa peau.

Ils n’ont aucun impact sur la dépression saisonnière contrairement à la luminothérapie qui bloque 99% des UV.

La luminothérapie ne sert pas à bronzer.

Les plantes contre la dépression :

Le Ginseng :

Un article complet sur le Ginseng est disponible ici.

Le Ginseng est une racine qui peut se manger cru. Elle a un gût quelque peu amer.

On peut aussi la prendre en décoction.

Le millepertuis :

Attaqué pour être à la fois inefficace et contre-indiqué, le millepertuis fait toute la différence avec les médicaments.

Le millepertuis est naturellement sérotoninergique ! C’est à dire qu’il a une action sur le niveau de sérotonine (expliqué plus haut dans l’article).

Il est contre-indiqué avec les anti-dépresseurs (la pilule également, les anti-viraux, etc.).

Les résultats sont parfois remarquables.

La rhodiola :

Cette plante est efficace contre le stress. Elle permet de gérer son stress.

Le safran ou l’épice anti-déprime :

Pour booster son humeur et affronter le blues de l’hiver, l’arsenal végétal est varié comme nous l’avons vu juste avant dans cet article, mais le safran, épice la plus chère du monde retient toutes les attentions.

Sans aller en Inde, il en est produit en Bretagne.

Découvrez la fleur et l’épice dans cette vidéo :

1 Livre sur les plantes par phytothérapeute :

Nous vous conseillons cet ouvrage écrit par le phytothérapeute Jacques Labescat « Ces plantes qui écrivent l’histoire » :

Livre « Ces plantes qui écrivent l’Histoire »

Conclusion :

Pour celles et ceux qui n’aiment pas courir sous la pluie, il va falloir prendre votre mal en patience, car cet été ne s’annonce pas folichon.

Bon courage à tous !

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Partagez

1 COMMENT

  1. Je croise les doigts le soleil est enfin là et semble être installé pour tout l’été, du coup je ne préfère pas penser à la pluie mais plutôt profiter des rayons de soleil ^^
    Mais ce sont de bons conseils à suivre lorsqu’il fera moins chaud, moche et que les journées raccourciront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here